Claire, hôtesse lors de la fashion week, Paris

Des flashs qui crépitent, le milieu de la mode qui s’agite, bienvenue dans l’univers de la fashion week. Hôtesse lors de la grand-messe des créateurs qui a pris fin la semaine dernière à Paris, Claire fait défiler ses souvenirs…

Qui es-tu Claire ?

Je m’appelle Claire, j’ai 24 ans, je travaille dans la publicité et ponctuellement je suis hôtesse dans l’événementiel.


Comment as-tu pu être hôtesse pour la fashion week ?

Je suis inscrite dans une agence d’hôtesses depuis mes années fac. Les bookeuses me proposent des missions chaque jour et je réponds à celles qui m’intéressent. Et là, j’ai sauté sur l’occasion quand j’ai vu l’offre pour les défilés de la fashion week.

 

C’est aussi simple que ça ou as-tu été amenée à passer un casting ?

Ça dépend des défilés. Pour certains, les bookeuses choisissent elles-mêmes des personnes de confiance, sans casting au préalable. Pour les gros défilés à l’image de Chanel, il y a en revanche un casting photo. Quelques clichés en tenue. Le staff de Chanel est extrêmement pointilleux. Par exemple, lors de la séance photos, on a dû poser cheveux détachés et cheveux attachés pour qu’ils déterminent la coiffure qui convient le mieux à chaque hôtesse. Une fois ce casting effectué, la marque a retenu une trentaine d’hôtesses et une vingtaine d’hôtes.

 

«Pour le défilé Chanel programmé à 10h30,

on était sur le pont dès 5h»

 

En quoi consiste la mission d’hôtesse lors de la fashion week ?

Ce n’est pas de tout repos. On arrive très tôt, plusieurs heures en avance. Pour le défilé Chanel programmé à 10h30, on était sur le pont dès 5h. Il a fallu préparer toute la salle, au Grand-Palais, déposer un dossier de presse et un sac cadeau à chaque place. Plus de 2000 places assises ! C’était un travail physique et rapide, d’autant plus difficile que nous étions déjà en tenue et coiffées pour l’événement. Nous devions également coller les étiquettes des invités sur les bancs, selon les instructions des attachées de presse. J’ai vu du beau monde sur les étiquettes de mes rangées, comme la mère de Kendall Jenner qui défilait ce jour-là. Ce travail était millimétré, contrôlé par le staff Chanel en permanence. Ensuite, une fois que les portes s’ouvrent, vers 10h, il faut placer les 2000 personnes et c’est parfois assez délicat puisque le temps est court, les invités bavards et nous avons un impératif : le défilé doit débuter à l’heure. Une fois celui-ci lancé, notre mission est finie, nous devons simplement sourire et profiter discrètement du spectacle.

 

Alors ce spectacle ?

Si j’ai accepté cette mission, c’est parce que je rêvais d’assister à un tel événement. Je dois dire, avec un peu de recul, que j’ai été un peu déçue du défilé Chanel dans la mesure où il n’a duré qu’une dizaine de minutes, ce qui m’a semblé trop court pour apprécier toute une collection qui représente des mois de travail. D’autres défilés sur lesquels j’ai pu travailler étaient beaucoup plus longs et mettaient plus l’accent sur le vêtement. Pour Chanel, le décor et les mannequins stars éclipsent un peu les tenues. Mais ça reste tout de même grandiose, avec une scénographie d’exception.

 

«Ce sont finalement les moins VIP qui réclament le plus d’attention… »

 

Est-ce impressionnant de placer des invités de marque?

Pas vraiment. En tant qu’hôtesse, j’ai l’habitude d’être au contact de VIP et de devoir rester discrète. Lors de la fashion week, étonnement, les célébrités comme les actrices, chanteuses et autres, ne sont pas celles qui cherchent le plus à se faire remarquer. Elles étaient très simples à gérer, abordables et polies. En revanche, les rédactrices de mode ou les bloggeurs ne veulent pas passer inaperçus et s’affichent avec des tenues extravagantes. J’ai par exemple placé un jeune homme, qui l’air de rien, était simplement vêtu d’un slip, d’une marinière et de talons hauts! Au-delà de leur apparence, c’est ce public-là qui demande toujours plus : une meilleure place, une coupe de champagne… Ce sont finalement les moins VIP qui réclament le plus d’attention… Et qui sont les plus opportunistes.

 

Quel souvenir gardes-tu de cette expérience?

Aucun souvenir matériel en tout cas, le règlement sur ce plan est très strict. Il nous est interdit de prendre des photos comme de conserver un document, aussi anodin soit-il. Je garde simplement en tête les créations, l’allure des mannequins presque surnaturelle tellement elles sont grandes, minces et apprêtées. Je garde aussi en mémoire les peoples rencontrés, ça me fait des histoires à raconter ! Autre souvenir marquant, l’ultime retouche maquillage, en backstage, aux côtés des top models qui se préparaient. Je découvrais en vrai des visages que je vois tous les jours dans les magazines.


Un autre inconnu? Découvrez aussi...

Un autre inconnu de la semaine?

Lisa, caviste, Boulogne-Billancourt.
Lisa, caviste, Boulogne-Billancourt.
Claire, hôtesse fashion week.
Claire, hôtesse fashion week.
Alexia & Kévin, expatriés au Canada.
Alexia & Kévin, expatriés au Canada.
Jérôme, artificier.
Jérôme, artificier.
Antoine, comédien.
Antoine, comédien.
Damien, journaliste auto.
Damien, journaliste auto.
Aude & Hugo, libraires.
Aude & Hugo, libraires.
Lise, CPE.
Lise, CPE.
Romain, caravane du Tour.
Romain, caravane du Tour.
Christian, cordonnier.
Christian, cordonnier.
Emilie, jeune psychiatre.
Emilie, jeune psychiatre.
Laurent, bistrotier.
Laurent, bistrotier.
Nathalie, arbitre de football
Nathalie, arbitre de football
Elyas, steward de train.
Elyas, steward de train.
Marija, logeuse.
Marija, logeuse.


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Eric (vendredi, 10 octobre 2014 13:50)

    Les moins VIP qui réclament le plus d'attention... Pas étonnant! Les starlettes ont vite le melon. Sympa cette interview, sincère et directe, on sent que ce n'est pas un boulot de tout repos. Un job dur dans un univers qui fait rêver mais où l'apparence semble compter + que tout...