Face à Neuer, Higuain s'agenouille...

Avant de mettre un genou au sol et voir s'échapper le plus convoité des trophées, les Argentins ont eu le loisir d'en contempler un, en l'air, à la 57ème minute. Celui de Neuer sur Higuain. Intéressé par les objets volants, le Parroquet s'est penché sur ce genou. Et, puisqu'il est question de Neuer, l'occasion est belle pour se plonger dans le Manuel d'arbitrage... 

13 juillet 2014, dernier acte du XXème opus de la Coupe du Monde de football. À l'heure des préparatifs du 14 juillet français, la patrouille d'Allemagne a choisi le Brésil comme camp de base... 57ème minute, parti comme un Falcon en bout de piste (le Falcao n'étant que sur une roue), Neuer s'élance pour couper la trajectoire d'un long ballon destiné à Gonzalo Higuain. Le choc est violent, l'avant-centre de l'Albiceleste part en looping. Se redresse, excédé, puis retombe. Planant à quelques mètres de là, l'arbitre italien Rizzoli siffle coup-franc pour l'Allemagne. Les Argentins croient au mirage, crient à l'injustice. Retour à la base pour tout le monde, le match reprend ses droits.

 

Loi 12 du football : «Par jeu dangereux, on entend toute action d’un joueur qui, en essayant de jouer le ballon, risque de blesser quelqu’un»

 

Comme action litigieuse implique arbitrage et qu'arbitrage induit interprétation, référons-nous à la base, la référence impartiale, la loi 12 relative «aux fautes et incorrections» édictée par l'IFAB (International Football Association Board). Avant cela, il convient de préciser que le climat de la rencontre s'était délité. Dès la 17ème minute, et le coude de Garay qui traîne sur Kramer, le ton est donné. Ce match ne sera pas le bal des poètes, mais tradition française exportée oblige, celui des pompiers, appelés à la rescousse sur quelques contacts virils. Bref, dans un climat plutôt sulfaté, les équipes se rendent coup pour coup, au sens propre comme au figuré. Quand arrive cette action de la 57ème minute... «C’est une sortie inconsidérée. Ce n’est pas parce qu’on est gardien qu’on a le droit de tout faire» analyse l'ex-arbitre international Bruno Derrien sur sports.fr. On ne peut qu'abonder. Merci, Derrien (trop tentant désolé)! Mais que dit précisément la loi 12? «Par jeu dangereux, on entend toute action d’un joueur qui, en essayant de jouer le ballon, risque de blesser quelqu’un (y compris lui-même)». La question posée est donc : Manuel Neuer risque-t-il de blesser Higuain en jouant le ballon? En allant simplement boxer ce ballon, a priori non. En allant le boxer, le genou levé, face à un adversaire lancé, les lois du corps et de la médecine sont plus formelles... La loi indique ensuite de manière précise : «l'action ne devient une faute que si un adversaire est touché». Sur ce point-là, il semble que Higuain ne verse pas dans le air contact. Après expertise approfondie sur son visage, il peut labelliser le genou de Neuer Deutsche Qualität! Aurait-il fallu que le natif de Brest soit touché, le visage ensanglanté, pour considérer qu'il y a faute? Car son erreur semble finalement de se relever aussitôt pour crier sa colère, ce qui minimise l'impact. Ou maximise sa capacité à encaisser les coups. Mon sentiment à la lecture de ces points est assez limpide : il y a bel et bien penalty.

 

Pénalty, oui. Et carton rouge en supplément chantilly?

 

Au niveau des sanctions, la loi 12 précise «si un joueur joue de manière dangereuse pour une conquête «normale» du ballon, l’arbitre ne prendra pas de sanction disciplinaire. Si l’action comporte un risque de blessure évident, l’arbitre devra avertir le joueur». Bienvenue dans le monde des nuances! Les yeux du gardien rivés vers le ballon m'invitent à privilégier «la conquête normale du ballon». Mais l'intensité du contact fait résonner «le risque de blessure évident». À vous de juger! Mon interprétation serait centriste : on oscillerait entre le non avertissement et le carton jaune... Assez joué les apprentis arbitres, je rends mes cartons et mon tablier pour revenir à la réalité! L'arbitre a sifflé faute de Gonzalo Higuain. Jeu inverse, recherchons ce que la loi 12 affirme pour justifier une telle décision... «Il y a faute lorsqu’un joueur entrave de façon antisportive les mouvements du gardien de but». Vous avez dit étrange? Plus que dans l'interprétation, nous basculons ici dans la science-fiction à l'italienne!

 

Clarifier l'arbitrage du gardien de but

 

Cette plongée dans l'article 12 réaffirme combien l'arbitrage est un composite de nuances. Mais plutôt qu'un éternel et stérile débat sur ce qu'il serait advenu en cas de pénalty accordé, l'action ouvre une voie. Celle de clarifications nécessaires dans l'arbitrage sur le poste de gardien de but. Sacralisé, protégé depuis que Petr Cech ou Hugo Lloris notamment ont mordu le gazon anglais sur des contacts très appuyés, il vit désormais avec une certaine impunité. Ces sorties non maîtrisées, ce genou pointé sans cesse en guise de bouclier devraient conduire les instances à légiférer. Car à l'évidence, un gardien de la trempe de Neuer, ballon d'or en puissance, n'a pas besoin de frotter de la tempe pour briller.

 


Sur le même thème...

Un autre article de sport à la limite du hors-jeu? Vous aimerez aussi...

PSG : l'après Beckham, c'est Bahebeck
PSG : l'après Beckham, c'est Bahebeck
L1 - J2. Les 5 excuses bidon que Brandão pourra utiliser...
L1 - J2. Les 5 excuses bidon que Brandão pourra utiliser...
Coupe du Monde. L'action Neuer/Higuain décryptée.
Coupe du Monde. L'action Neuer/Higuain décryptée.
Retour en zone avec Fred Forte
Retour en zone avec Fred Forte
L1 - J1. 3 joueurs dont on ne parle pas assez
L1 - J1. 3 joueurs dont on ne parle pas assez
Football. Un Renard avec les Eléphants.
Football. Un Renard avec les Eléphants.
Petit manuel du journalisme de sport
Petit manuel du journalisme de sport
Football. Ligue1 2014/2015 : 11 joueurs à suivre
Football. Ligue1 2014/2015 : 11 joueurs à suivre


Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Olivier de Palaiseau (mardi, 15 juillet 2014 14:42)

    Enfin une vraie analyse de l'action.
    Le tournant du match indéniablement.
    Les arbitres ont beaucoup de choses à apprendre du Parroquet

  • #2

    leparroquet (mardi, 15 juillet 2014 21:31)

    Et que disent les médias allemands de la cérémonie organisée à Berlin, porte de Brandebourg? Un immense placement de produit pour Mercedes!

  • #3

    Vincent M (mercredi, 16 juillet 2014 19:25)

    On apprend des choses et quel style ! Jeux de mots et autres calambours, Laurent Ruquier n'a qu'à bien se tenir.

  • #4

    Lucas (jeudi, 17 juillet 2014 11:12)

    A vrai dire, je n'ai pas prêté attention à le cérémonie. Quelques collègues ont suivi cette dernière en live streaming mais c'était davantage un mouvement célébrant les mauvais goûts musicaux de l'Allemagne d'en bas ;)

  • #5

    DJ Kubi (jeudi, 17 juillet 2014 17:12)

    Bien que le style m’époustoufle, le fond fait de l’esbroufe. Un gardien a tout les droits. Crampons, genoux, à la hache s'il le faut pour sauver un but !

    ps : Le post 4 est une usurpation d'identité.

  • #6

    Christophe (jeudi, 17 juillet 2014 17:58)

    J'ai lu cet article depuis le twitter de Bruno Derrien, effectivement l'analyse est fine et montre que l'arbitrage a trop de textes vagues, trop subjectifs... C'est pour ça que je pense qu'il n'y a pas faute : moi j’interprète "l'action ne devient une faute que si un adversaire est touché" comme pas faute puisqu'Higuain se relève aussitôt.